Journal de bord #1

Nous avons imaginé ce projet, un peu fou, diront certains, vital, selon nous, de partir en famille à la voile !

Une entreprise à l’image de la vie, semée de doutes et d’aléas, de lumière et de joie. Un désir d’abandon, une soif de passer du temps avec les populations que nous rencontrons, une invitation à se laisser guider et enseigner, accepter de ne pas pouvoir tout contrôler, à ralentir parfois et à foncer quand l’appel du large se fait trop insistant.

Valentin, marin avisé et bâtisseur taiseux, aime œuvrer avec ses mains. Flore se nourrit de grands espaces et du contact humain. Anna du haut de ses 13 mois envoie des sourires à tout va.

Après plusieurs mois de chantier pour se refaire une beauté, Malo d’Eau, notre voilier, retrouve son élément dans le port de Plouër-sur-Rance, notre fief breton, à proximité de Dinan et Saint-Malo. Par un splendide dimanche d’automne, entourés de nos familles et amis, le père Johan Visser de la paroisse voisine vient bénir le bateau, son équipage et ses futures tribulations.

En passant les feux de Saint-Malo sous un grand soleil nous savons déjà que nous serons contraints de nous mettre à l’abris pour laisser rugir la tempête Ciaran. Et c’est au port du Palais à Belle-Île que nous trouvons refuge. Pendant plusieurs semaines, aucune fenêtre météo ne se présente qui permettrait à Malo d’Eau de traverser le redoutable golfe de Gascogne sereinement. Nos nerfs sont mis à rude épreuve, mais nous le savons, la voile invite au lâcher prise et à l’abandon, et c’est bon.

Le 16 novembre 2023, Valentin peut enfin appareiller et quitter le port du Palais. 15 jours de traversée lui permettent de rejoindre Madère puis l’archipel des Canaries où Flore et Anna rejoignent le bord ; une séparation plus sage à cette période de l’année avec un bébé. C’est lors de cette parenthèse à terre pour l’équipage féminin qu’une lumineuse rencontre nous guide vers la grande famille de Saint Jean de Dieu, à l’occasion de la Journée mondiale des pauvres.

« Faites-vous du bien en faisant du bien aux autres » nous dit saint Jean de Dieu, cet aventurier de l’hospitalité. Ce slogan nous plaît. Reste à savoir comment. 

Et si nous laissions Malo d’Eau notre bateau nous mener d’année en année, de pays en pays, à la rencontre de la grande famille hospitalière à travers le monde ? Partager la vie des frères, du personnel et des patients, pour quelque temps, embarquer un peu de chacun d’eux dans cette folle aventure avec nous, tisser des liens à travers les océans et le temps. 

La mer est chargée d’histoires, de joies et de peines, d’horizons lumineux et de tempêtes déroutantes, et à notre rythme, nous porterons de port en port, les messages des patients et de leurs soignants.

Ce projet se veut lent, très lent. Et chaque été nous laisserons notre bateau quelques temps pour revoir notre Bretagne natale, nos proches et ‘remplir la caisse de bord’ comme on dit dans le jargon marin. Tels des messagers nous y serons heureux de témoigner, auprès des collaborateurs et résidents des centres Saint Jean de Dieu de France, de la réalité du terrain et de l’immense œuvre hospitalière qui se poursuit à travers le monde.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *