Certaines représentations de saint Jean de Dieu, réalisées par différents artistes, portent l’inscription de « vrai portrait de Jean de Dieu ». Les traits du saint auraient donc été immortalisés de son vivant ?

Les trois plus anciens « vrai portrait » que nous connaissons sont ceux d’Alonso Sanchez Coello, de Pierre de Raxis et de Jean de Séville. La ressemblance entre les trois est frappante : tous trois représentent le visage de Jean de Dieu, sous le même angle, de manière très réaliste et sans aucun attribut tel que l’auréole ou la couronne d’épines, mais plutôt à la manière de portraits officiels.

Cette grande ressemblance est due au fait que celui d’Alonso Sanchez Coello, le plus ancien, a largement inspiré les suivants. Mais certains détails, notamment le regard de Jean de Dieu tourné vers le ciel, montrent que les deux autres artistes ont souhaité se détacher du portrait réaliste. En faisant transparaître toute la spiritualité de leur modèle dans son visage, ils ont fait de leur toile une véritable image de dévotion. Ces deux tableaux ont été réalisés respectivement au moment de la béatification et de la canonisation de Jean de Dieu, ce qui explique ce parti pris.

Quant au tout premier, celui d’Alonso Sanchez Coello, il aurait été peint vers 1570, vingt ans après la mort du saint, à partir d’un dessin réalisé par l’artiste bien longtemps avant, alors qu’il n’était âgé que de 16 ou 17 ans.

A cette époque, vers 1548, Alonso Sanchez Coello n’était pas encore le célèbre portraitiste du roi Philippe II d’Espagne, c’était un jeune homme passionné de dessin, et surtout de portrait, qui vivait avec ses parents à Castel Rodrigo, tout près de la frontière espagnole. Saint Jean de Dieu, lui, était de passage à Salamanque pour y faire la quête et s’occupait également des malades de l’hôpital saint Bernard. Sa renommée était si grande que l’on venait de loin pour le voir. Le jeune Alonso, ayant eu écho de la présence à Salamanque de ce personnage fascinant aux origines portugaises comme lui, aurait fait le déplacement, cahier de dessin sous le bras, pour l’apercevoir et faire son portrait. Comme beaucoup d’artistes, le jeune homme griffonnait sans doute des portraits de personnages importants pour le plaisir, pour s’exercer et aussi pour plus tard les reproduire éventuellement en peinture.

Les traits de saint Jean de Dieu figés dans son cahier, le jeune peintre avait poursuivi sa carrière dans les Flandres et n’était revenu en Espagne qu’en 1552, deux ans après la mort de saint Jean de Dieu, alors que la réputation de sainteté de celui-ci grandissait. Il aurait peint le portrait à l’huile par la suite, à partir de son carnet de dessin, à la demande des compagnons de Jean de Dieu, d’un bienfaiteur ou bien de sa propre initiative. Puis, il aurait remis son œuvre au Frère Domingo de l’hôpital saint Jean de Dieu de Grenade.

Ce premier vrai portrait, après avoir été emporté à Madrid au XIXe siècle pour y être copié, a brûlé dans l’incendie de la cathédrale en 1936. Quant au cahier de dessin portant le portrait original, le fils du peintre, témoin au procès de béatification de Jean de Dieu en 1623, affirme l’avoir vu, mais on ne sait où il se trouve aujourd’hui. Il ne reste donc plus aucune trace des deux portraits réalisés par Alonso Sanchez Coello.

Et pourtant, par les copies et les artistes qui se sont inspirés de son travail, les traits du visage de saint Jean de Dieu, tels qu’Alonso Sanchez Coello les a dessinés, ont exercé une influence immense sur toute l’iconographie postérieure de saint Jean de Dieu. Par la peinture, mais aussi la sculpture et la gravure, ils ont été diffusés dans le monde entier. Ainsi, partout où les frères sont présents, depuis le XVIIe siècle et encore aujourd’hui, on retrouve, dans le travail des artistes locaux qui représentent saint Jean de Dieu, des échos de ce petit croquis effectué à Salamanque par un jeune curieux de 16 ans.

Sources :

  • Imágenes de san Juan de Dios, Granada, 1997.
  • Juan Miguel Larios Larios, San Juan de Dios, la imagen del Santo de Granada, Granada, 2006.