Les Frères hospitaliers de Saint Jean de Dieu accueillent, accompagnent et soignent depuis plus de 450 ans toute personne en situation de vulnérabilité sur les cinq continents. En France, ils poursuivent leur mission avec le soutien de laïcs, collaborateurs, bénévoles ou volontaires.

Et si vous aussi vous donniez du sens à vos vacances cet été en vous engageant quelques jours avec eux ? 🔥

La communauté des frères de Marseille accueille tous les soirs 300 personnes sans logement et leur offre le gîte et le couvert dans le quartier de la Joliette, au sein du Centre Forbin.

✔️ Venez partager pendant quelques jours leur sens de l’hospitalité, leur vie de prière et de service auprès des plus petits ! Séjour à organiser selon vos disponibilités, après entretien avec le responsable de l’engagement.

✔️ Un camp de l’Hospitalité s’organise par ailleurs avec des jeunes étudiants et professionnels du 23 au 29 août. Une occasion unique de vivre ensemble l’esprit d’hospitalité dans le style Saint Jean de Dieu, c’est-à-dire « être un frère ou une sœur avec les pauvres. »

Prenant racine dans la prière, des temps de formation et de relecture, mais aussi de découverte de Marseille, ces services se feront sous diverses formes, avec le souci de nous rendre présents aux personnes les plus fragiles, notamment celles touchées par le handicap, la précarité ou l’âge. L’objectif de ces temps de service et d’aventure peut se résumer dans la devise de Saint Jean de Dieu : « Faites vous du bien en faisant le bien ».

🌟Venez vivre l’Aventure, le Service de l’autre et la Prière dans les quartiers Nord de Marseille !🌟

Du 7 au 12 avril 2024, une délégation de résidents, collaborateurs, Frères et Sœurs des centres Lecourbe et Sainte-Germaine de la Fondation Saint Jean de Dieu se sont rendus à Lourdes dans le cadre du pèlerinage de l’Association des Brancardiers et Infirmières de l’Ile de France (ABIIF). Retour d’expérience avec Frère Jérôme Gravereau, oh.

En ce matin du 7 avril, gare Montparnasse, c’est l’effervescence. Des centaines d’hommes et de femmes de tous âges, en polos bleu et rouge ou tabliers rayés bleu et blanc s’affairent autour de deux rames TGV constituant un train spécial. Ils accueillent et accompagnent des personnes malades, âgées ou en situation de handicap vers Lourdes où ils se rendent en pèlerinage.

 L’Hospitalité de Paris, plus connu sous le nom de « Association des Brancardiers et Infirmières de l’Ile de France » (ABIIF) a déployé sa logistique pour permettre à 308 pèlerins accompagnés par 696 hospitaliers de vivre ces moments forts près de la grotte de Massabielle, à l’écoute de la Vierge Marie et de Sainte Bernadette. Le pèlerinage était accompagné par Mgr Emmanuel Toit, évêque auxiliaire de Paris.

La Fondation Saint Jean de Dieu étaient bien représentée, puisque plus de 30 personnes venant de la Maison Sainte Germaine (accompagnées par 2 sœurs) et du Centre Lecourbe (MAS, IEM, USEP) étaient présentes. Etaient également présents, le frère Christian Clavé, comme aumônier de salle et le frère Jérôme Gravereau, comme infirmier de salle (photo ci-contre).

Cette année, le thème du pèlerinage était : « … que l’on y vienne en procession. » C’est la dernière partie du message donné par la Vierge Marie à Bernadette lors de la 13ème apparition le 2 mars 1858 : « Allez dire aux prêtres que l’on bâtisse ici une chapelle et que l’on y vienne en procession . » « Allez dire aux prêtres.. » et « …Que l’on bâtisse ici une chapelle.. » furent les thèmes des deux précédents pèlerinages.

A peine le train parti, le pèlerinage commence. Premier temps fort, pendant le trajet : la « Messe TGV ». Dans chaque wagon, comprenant les pèlerins d’une même salle pour leur séjour à Lourdes, une messe est célébrée par les aumôniers. Une grande première pour certains.

Les 4 jours passés à Lourdes ont été des moments inoubliables de partages, de joies, de fêtes, d’émotions. Chaque « ami pèlerin » est entouré, choyé et je dirais chouchouté. Pour certains c’est le seul moment de l’année pendant lequel l’on va vraiment s’occuper d’eux à 100%, tout au long de la journée.

Pour tous, c’est un rythme intense, mais ce n’est que du bonheur.

Pendant ce séjour, on a pu vivre de grands moments, comme le passage à la grotte, la messe à la grotte (sous une pluie battante), le sacrement de réconciliation, ou encore le sacrement des malades toujours si riche en émotions. Nous avons vécu le geste de l’eau aux piscines, qui remplace pour l’instant l’immersion. Mais aussi, la procession eucharistique, et la très émouvante procession mariale.

Une autres très belle cérémonie fut vécue par l’ensemble des pèlerins : la cérémonie d’engagement. Un moment important et émouvant pour les 13 brancardiers et infirmières (mais également pour leurs pairs) qui ont décidé de se consacrer à Jésus par Marie, au témoignage de l’Evangile et à l’attention portée aux plus fragiles, au sein de l’Hospitalité de Paris.

Le 12 avril, il est déjà temps de repartir. Fatigués mais heureux, la tête dans les étoiles, nous avons regagné Paris. Là encore dans une ambiance de liesse, et parfois des larmes, nous avons quitté nos « amis » repartis vers leurs lieux de vie respectif.

Mais ce n’est qu’un « au revoir ». Car l’ABIIF, ce n’est pas simplement 6 jours passés ensemble dont 4 à Lourdes. C’est toute l’année que nous nous engageons à les visiter. Plusieurs activités sont organisées au cours de l’année, jusqu’au prochain pèlerinage.

Le prochain moment important se déroulera le 8 juin 2024 lors d’une messe et une grande fête, à laquelle tous les pèlerins ont été conviés. Il s’agira de fêter dans la joie les 100 ans de l’ABIIF.

Frère Paul-Marie Taufana, supérieur provincial des Frères hospitaliers de Saint Jean de Dieu de France, a clôturé la Visite canonique ce 5 avril au Centre médico-social Lecourbe de la Fondation Saint Jean de Dieu. Celle-ci intervenait après deux mois de visite des communautés et établissements de France et de l’Océan indien.

Les directeurs des établissements et des représentants des communautés se sont retrouvés à Paris pour une journée d’action de grâce et de réflexion autour de « l’Hospitalité, dans un monde en mutation ». Plus de cent personnes réunies au total, incluant des résidents du Centre Lecourbe.

Pour une hospitalité inconditionnelle

« Et si nous faisions de l’hospitalité le socle même sur lequel nous pourrions nous reposer, nous assurer que nous sommes bien là, présents au monde même s’il bouge en tous sens ? », s’est interrogée Laurence Drake, administratrice de la Fondation Saint Jean de Dieu, ouvrant une matinée d’interventions très riches sur la thématique de « L’hospitalité, dans un monde qui change ». « Et si c’était l’hospitalité qui était notre élément intangible ? Et en allant un peu plus loin, si c’était l’inconditionnalité de l’hospitalité qui devenait le moteur de nos actions, sociales, politiques, familiales, spirituelles… ? »

Laurence Drake a animé la réflexion avec des interventions du Frère Bruno Cadoré, ancien grand Maître des Dominicains, de Gabrielle Halpern, philosophe, et de Clarisse Ménager, directrice générale de la Fondation Anne de Gaulle.

Osons sortir de notre confort

« A l’approche du Chapitre général, nous sommes invités à approfondir le sens de notre engagement, a souligné Frère Pascal Ahodegnon, Conseiller général de l’Ordre hospitalier. Il nous faut pour cela cultiver une écoute attentive et un cœur ouvert, prêts à accueillir les nouveaux défis, quitte à bousculer nos habitudes. Osons sortir de nos communautés et de nos bureaux pour aller à la rencontre de ceux qui ont besoin de nous ! Osons sortir de notre confort pour retrouver une vie simple, disponible à l’autre ! Osons nous recentrer sur l’Essentiel pour rayonner de l’amour du Christ qui nous pousse à aller vers les plus pauvres. C’est ainsi que nous trouverons la joie de l’hospitalité et que nous pourrons attirer de nouvelles vocations de Frères et de collaborateurs, prêts à servir le bien commun. »

« Nous avons beau développer les technologies les plus sophistiquées, il demeure une question essentielle, fondamentale, intangible : celle de la relation à l’Autre. Celle de la juste relation à l’Autre. Et c’est bien tout le sens de la philosophie de l’hybridation que je forge jour après jour : comment penser une nouvelle éthique de la relation à l’Autre ?

Si, selon les mots de Martin Buber, « l’homme devient je au contact du tu », comment renforcer parmi nos contemporains, et pour les générations à venir, le goût de l’altérité ? Quelle hospitalité sommes-nous prêts à offrir à l’Autre et comment nous préparons-nous à être accueillis?

Il nous faut repenser l’hospitalité comme une métamorphose réciproque impliquant un apprentissage de la part de l’hôte… et de l’hôte.

C’est parce que l’enfant, tout petit, voit ses parents accueillir leurs hôtes, prendre du temps pour eux, leur offrir le meilleur et les honorer – par une série de rituels, de symboles, de conventions sociales qui ont tout simplement codifié l’altruisme, et plus précisément la sollicitude -, que l’enfant, plus tard, saura accueillir ses propres hôtes. Il y a beaucoup de gens qui ne savent pas inviter, qui ne savent ni recevoir ni accueillir et l’on oublie que l’hospitalité nécessite un apprentissage. Et de la même manière qu’accueillir s’apprend, être accueilli s’apprend aussi pour qu’il y ait justement cette métamorphosée réciproque »…

Très honorée d’avoir tenu un enseignement ce matin sur le thème de l’hospitalité lors de la visite canonique provinciale de l’Ordre Hospitalier de Saint Jean de Dieu à Paris.

Gabrielle Halpern

Une heure de spectacle durant laquelle deux comédiens, accompagnés par une musicienne, racontent l’incroyable épopée de Jean de Dieu (1495-1550), saint patron des malades et des soignants.

La Curie générale des Frères hospitaliers de Saint Jean de Dieu a publié les statistiques actualisées pour l’année 2023 de la congrégation. Les chiffres révèlent une stabilité générale au sein de l’Ordre (nombre de centres, de communautés, de frères, de vocations…), malgré quelques fluctuations en fonction des provinces.

Au 31 décembre 2023, le nombre total de frères, y compris les novices, s’élèvait à 965 membres dans 18 provinces, 2 vice-provinces et 2 délégations provinciales. Les statistiques font état de 811 profès solennels, 93 profès temporaires, 54 novices et 7 oblats. Parmi eux, on compte 107 frères prêtres, dont 2 en France.

Comparé à l’année précédente, l’Ordre enregistre une légère diminution de 16 membres au total. Cette variation est principalement due à une baisse du nombre de profès solennels (-20) et une augmentation du nombre de profès temporaires (+5) et de novices (+1).

L’apostolat des frères se poursuit par ailleurs au sein de 410 œuvres apostoliques (14 de plus qu’en 2022), dont 172 sont constituées canoniquement. Présents sur les 5 continents, les frères vivent au sein de 161 communautés réparties dans 54 pays, y compris le Vatican où une communauté de frères s’occupe de la pharmacie du Vatican. A noter la présence des frères dans des zones de conflits comme Israël et l’Ukraine.

Originaires de 49 pays différents, les frères ont une moyenne d’âge de 60 ans, avec d’importantes disparités selon les provinces. L’année 2023 a notamment vu l’arrivée de 24 novices, la profession temporaire de 16 membres et la profession solennelle de 13 frères.

Malgré ces fluctuations démographiques, l’Ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu continue de répondre aux besoins des plus vulnérables à travers le monde, avec le soutien de plus de 60 000 collaborateurs et 25 000 bénévoles.

C’est le fruit d’une belle collaboration entre l’Ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu et la Communauté Sant’Egidio : un nouveau dispensaire a pu voir le jour au cœur de La Havane, à Cuba ! Son objectif : soigner et accompagner les personnes les plus vulnérables, sans-abri et personnes âgées.

« Les amis de la rue » est le nom qui a été donné à ce nouveau centre inauguré le 17 février dernier en présence notamment de Frère Jesùs Etayo, supérieur général de l’Ordre, de Frère Erik Castillo, provincial d’Amérique latine et des Caraïbes, et de Mgr Eloy Ricardo Dominguez, évêque auxiliaire de La Havane.

Cette initiative découle de discussions initiées à Rome entre l’Ordre hospitalier et la Communauté de Sant’Egidio. Ces deux entités, unies par des valeurs et un charisme communs, ont concrétisé un projet de collaboration commun. Elles répondaient ainsi à l’appel du pape François en faveur d’une action concertée des institutions ecclésiastiques au service des plus démunis.

Cet événement marque un pas significatif vers un meilleur soutien des personnes les plus vulnérables de La Havane. Il reflète l’engagement indéfectible de l’Ordre hospitalier en faveur de la dignité humaine et de la justice sociale.

(source)

À l’approche de la solennité de saint Jean de Dieu, initiateur de l’Ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu, une lettre de Frère Jesùs Etayo, supérieur général, a été adressée à tous les membres de la Famille hospitalière de Saint Jean de Dieu. Cette lettre, écrite dans le contexte spécial de l’approche du Chapitre général, est une invitation à tendre la main aux plus vulnérables, à dépasser les frontières et à mettre les besoins des plus fragiles au cœur de nos préoccupations.

« Les besoins sont toujours nombreux, même là où les conditions de vie semblent meilleures », rappelle Frère Jesùs dans sa missive. « C’est là que nous sommes envoyés, nous tous qui faisons partie de la Famille de Saint Jean de Dieu, en sortant avec empressement, dévouement et créativité de notre espace de confort, pour aider et assister ceux qui en ont besoin, au nom du Christ. Telle est la voie principale qui guidera et éclairera le présent et l’avenir de notre Ordre. »

Le supérieur général présente saint Jean de Dieu comme un modèle de dévouement et de compassion ayant consacré sa vie à soulager la souffrance des pauvres et des malades. « Son exemple résonne à travers les âges, rappelant à chaque membre de la Famille hospitalière leur mission essentielle de servir avec amour et humilité. »

La lettre aborde également les défis actuels et futurs auxquels l’Ordre doit faire face, mettant en lumière l’importance du discernement et de la préparation en vue du prochain Chapitre général. L’engagement de tous les membres de la Famille hospitalière est sollicité, invitant chacun à contribuer par la prière et la réflexion aux décisions qui façonneront l’avenir de l’Ordre.

Enfin, Frère Jesùs Etayo souligne « l’urgence et la sensibilité spéciale » nécessaires pour répondre aux besoins de notre monde contemporain. Des initiatives concrètes, telle que la collecte de fonds annuelle annoncée cette année pour le Sénégal, « témoignent de l’engagement indéfectible de la Famille hospitalière envers la solidarité et la justice sociale. »

Pour lire l’intégralité de cette lettre, nous vous invitons à cliquer sur le lien ci-dessous :

En cette fête de saint Jean de Dieu, que chacun de nous puisse être inspiré par l’exemple de ce grand saint, patron des malades et du personnel soignant, et que nos actions témoignent de notre engagement envers l’hospitalité et la compassion.

Le nouveau numéro du Lien Hospitalier, la revue des Frères de Saint Jean de Dieu, vient de paraître ! Une nouvelle formule qui se veut plus attrayante et plus accessible à l’ensemble des membres de la Famille hospitalière, ainsi qu’à ceux de l’extérieur qui veulent approfondir des sujets autour de l’Hospitalité et du prendre soin. Nous vous partageons ici l’éditorial de Frère Alain-Samuel, directeur de la rédaction.

Avec la parution du précédent numéro en décembre 2023, vous avez été informés de notre intention de donner un nouveau souffle à notre revue congréganiste à l’approche de ses 89 ans. Le mois de mars 2024 offre une belle opportunité, étant le mois de la fête de saint Jean de Dieu le 8, le mois de l’arrivée du printemps le 20, et surtout le mois de la solennité de Pâques le 31 ! C’est dans ce contexte festif, empreint de renouveau et de Résurrection, que nous sommes heureux de vous présenter le 421e numéro du Lien Hospitalier, dans sa « nouvelle formule ».

Partez à la découverte de notre hôpital de Venise !

Notre « vieille dame » quasi nonagénaire a revu son apparence en adoptant un nouveau format plus grand, des textes aérés et des caractères plus lisibles, accompagnés de photos valorisantes. Toutes les rubriques ont été repensées, équilibrant les articles de fond, les brèves et accordant une place plus importante aux dossiers, aux portraits, et à l’histoire de l’Ordre.

Des rubriques nouvelles ont également vu le jour, portées par cette poussée printanière, telles que la spiritualité et la culture. Nous espérons ainsi toucher un public plus large et rejoindre des personnes, des lieux et des milieux où le Lien Hospitalier est peu ou mal connu, non seulement en tant que revue, mais aussi et surtout dans les valeurs, l’éthique, la philosophie et la foi chrétienne que nous défendons.

Nous comptons sur vos réactions de lecteurs pour maintenir le dynamisme de notre revue et pour permettre à la belle famille hospitalière de Saint Jean de Dieu de continuer à grandir. Le thème de ce numéro, dans son nouveau format, devrait favoriser une belle interaction entre nous : la compassion.

Le dossier qui lui est dédié, entre réflexions et témoignages, nourrira notre éthique de vie et soutiendra notre action en faveur de ceux qui nous sont confiés, ainsi que de tous ceux qui nous sont proches dans nos relations familiales, sociales et professionnelles.

Compassion… Ce verbe semble désuet, mais entre empathie et professionnalisme, c’est à cela que nous invite l’Évangile du Bon Samaritain, propre à la fête de saint Jean de Dieu le 8 mars : souffrir avec celui qui est plus démuni que nous, et qui a besoin que nous soyons proches de lui, lui apportant la chaleur de la proximité. Un beau défi pour cette nouvelle année !

Dans le cadre de la visite canonique de la province de France, Frère Paul-Marie, supérieur provincial, accompagné du Frère Jean-Guillaume, conseiller provincial en charge de la formation, sont actuellement au Togo pour rendre visite aux frères du noviciat.

La communauté du noviciat compte 31 frères au total : 28 novices dont 14 appartenant à la province de France et trois frères dans l’équipe formative. Le noviciat, d’une durée de deux ans, conduit les novices à prononcer les vœux à son terme, constituant ainsi une étape essentielle dans leur parcours vocationnels, en les aidant à s’intégrer dans la communauté, pierre angulaire de la vie religieuse.

Persévérer dans sa quête de Dieu

L’âge moyen des novices est de 24 ans. Cette visite revêt une importance particulière dans le processus de formation, offrant l’opportunité de rencontrer l’équipe formative ainsi que les jeunes frères pour les encourager.

Dans son mot d’accueil, Frère Paul-Marie a mis en avant l’importance du bonheur dans la vie religieuse et a encouragé les novices à persévérer dans leur quête de Dieu et à devenir des frères courageux.  

Compte tenu du nombre croissant de jeunes aspirant à embrasser la vie religieuse hospitalière, des projets de rénovation et d’agrandissement sont en cours pour rendre la maison du noviciat plus accueillante.  

Visite canonique provinciale : ouverture par le supérieur provincial au Croisic, en présence des frères, résidents et collaborateurs.